Language And Country

MENU - CONTACT

 
Luxembourg
14, boulevard Royal – L-2449 Luxembourg
 
Lundi au vendredi
8h30 à 17h00
 
Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
FLANDRE
Kortrijksesteenweg 218 – 9830 Sint-Martens-Latem
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

MENU - Mon Compte

Actualités Retour

BlogDetailPortlet

La crise actuelle semble apporter, après celle de 2008, une nouvelle démonstration de la résilience des entreprises familiales. Dans une interview accordée au magazine Merkur de la Chambre de Commerce du Grand-Duché de Luxembourg, Anne Goedert, Conseillère Family Practice, revient sur les forces de ce modèle d’entreprises qui permettent de limiter les impacts de la crise aujourd’hui.

Selon vous, qu’est ce qui fait la force d’une entreprise familiale ?

Le fait que ce soit la famille ! A compétences égales, la passion, la motivation et l’engagement dans une entreprise familiale sont généralement plus importants et font la différence. Lorsque l’on baigne dans le business familial depuis son plus jeune âge, la connaissance du marché y est plus forte et la qualité des produits en découle. La culture y est empreinte de cet esprit de famille et les relations entre les employés et les patrons y sont réellement plus familiales. Ces entreprises affichent également une plus grande résilience, une capacité à rebondir et à s’adapter plus importante ; elles peuvent faire preuve d’une plus grande flexibilité car les circuits de prises de décisions y sont généralement plus courts. Enfin, ces entreprises misent souvent sur une stratégie à long terme plutôt que sur la rentabilité immédiate. La gestion financière y est prudente, et cela permet de mieux résister aux crises. 

Vous avez récemment publié une étude sur l’impact de la crise sur les entreprises familiales et le ressenti de celle-ci par la Next Gen, pouvez-vous partager les enseignements principaux ?

À la Banque de Luxembourg, nous croyons dans le modèle familial depuis plus de 100 ans et nous accompagnons ces entreprises dans toutes les étapes de leur vie, notamment celui de la transmission entre générations, qui est un moment critique. Lorsque la crise de la Covid nous a frappés, il nous a semblé important de recueillir le ressenti de la Next Gen. Nous avons alors interrogé une trentaine de jeunes de 20 à 30 ans, un tiers de femmes et deux tiers d’hommes, avec des profils très divers. Certains travaillaient déjà dans l’entreprise familiale, d’autres étaient encore aux études ou ne souhaitaient, au moment de l’enquête, tout simplement pas rejoindre l’entreprise familiale.

 

Nous avons constaté que la crise avait eu un très fort impact sur leur situation personnelle.  Pour tous, la pression a été énorme et ils ont éprouvé une véritable souffrance face au manque de perspectives. L’étude a pourtant également révélé une nouvelle dynamique qui s’est très vite mise en place pour faire front. Bon nombre des jeunes ont retroussé leurs manches, en ont profité pour se lancer dans de nouveaux projets, aller sur le terrain aux et des équipes et transformer cette épreuve en force. Cette période a été l’occasion de se rapprocher de leur famille, de trouver une nouvelle solidarité. Pour d’autres, cela a été l’occasion de prendre réellement les rênes de l’entreprise et conscience du rôle qu’ils pouvaient y jouer en se sentant plus légitimes. La crise a conduit à la création d’un dialogue intergénérationnel autour de l’entreprise familiale pour en sortir plus fort.

Article rédigé par Corinne Briault pour le magazine Merkur du 11 mars 2021.

Retrouvez l’interview de Anne Goedert dans le magazine Merkur 


Je vous propose un accompagnement personnalisé

Anne Goedert
Family Practice Adviser

Homepage - Newsletter sans HR

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle
Recevez mensuellement les analyses des marchés financiers et les actualités de la Banque.

Consultez notre dernière newsletter Consultez notre dernière newsletter