Contact

Vous avez des questions, souhaitez nous rencontrer ou devenir client, nos conseillers se tiennent à votre disposition pour vous proposer des réponses adaptées à vos besoins.

 
Luxembourg
14, boulevard Royal – L-2449 Luxembourg
 
Lundi au vendredi
8h30 à 17h00

Contact

Vous avez des questions, souhaitez nous rencontrer ou devenir client, nos conseillers se tiennent à votre disposition pour vous proposer des réponses adaptées à vos besoins.

 
Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
Gand
Rijvisschestraat 124 – 9052 Gand
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

L'économie mondiale reste caractérisée par l'évolution divergente entre une production manufacturière faible et des activités de services résilientes. Ceci est le constat de Guy Wagner, Administrateur-Directeur de BLI - Banque de Luxembourg Investments, et son équipe, dans leur analyse mensuelle, les « Highlights ».

La dichotomie entre le secteur secondaire et le secteur tertiaire se traduit par un ralentissement conjoncturel dans la plupart des pays, sans pour autant déboucher sur des taux de croissance négatifs. Ainsi, aux Etats-Unis, le PIB réel au deuxième trimestre a augmenté de 2,1 % en rythme annualisé par rapport aux trois premiers mois de l’année, ce qui constitue une décélération par rapport à la progression antérieure de 3,1 %. « Les principaux contributeurs à la croissance furent la consommation privée et les dépenses publiques, alors que les exportations et les investissements n’ont pas eu d'impact », explique Guy Wagner, chief investment officer et administrateur-directeur de la société de gestion BLI - Banque de Luxembourg Investments.

Dans la zone euro, au Japon et en Chine, la croissance conjoncturelle est nettement plus modérée

Dans la zone euro, la croissance conjoncturelle est nettement plus modérée, le produit intérieur brut au deuxième trimestre ayant progressé de 0,2 % par rapport à la période de janvier à mars. Au Japon, le gouvernement vient de revoir à la baisse son estimation de progression du PIB pour l'exercice fiscal 2019 en raison de la faiblesse des exportations. En Chine, le PIB au deuxième trimestre a augmenté de 6,2 % en rythme annuel, « ce qui constitue la hausse la plus faible enregistrée depuis le début de la publication des données trimestrielles en 1992 », précise l’économiste luxembourgeois.

BCE : une nouvelle vague de mesures monétaires expansionnistes en vue

Conformément aux attentes, le Comité monétaire de la Réserve fédérale américaine a baissé ses taux directeurs d’un quart de point lors de sa réunion de juillet, pour les fixer dans la fourchette de 2,00 % à 2,25 %. « Il s'agit du premier mouvement de baisse des taux depuis la crise financière de 2008. » Néanmoins, le président Jerome Powell a précisé que la réduction des taux doit davantage être considérée comme un ajustement de milieu de cycle plutôt que le début d’un long cycle de baisses. En Europe, le président de la Banque centrale Mario Draghi a laissé entrevoir l’adoption prochaine d’une nouvelle vague de mesures d'expansion monétaire. Concrètement, il a déjà affirmé lors de la réunion de juillet que les taux directeurs resteraient à leurs niveaux actuels, voire à des niveaux plus bas, au moins jusqu'à la mi-2020. Toute une série de mesures expansionnistes devrait être annoncée lors de la prochaine réunion en septembre.

Le MSCI All Country World Index Net Total Return a atteint un nouveau plus haut historique

En juillet, l'indice MSCI All Country World Index Net Total Return exprimé en euros a atteint un nouveau plus haut historique, suite à une hausse de 2,6 % au cours du mois. « L'indice phare des actions mondiales a bénéficié du comportement favorable de la bourse américaine », conclut Guy Wagner.

Abonnez-vous
à la newsletter
mensuelle