Luxembourg
14, boulevard Royal – L-2449 Luxembourg
 
Lundi au vendredi
8h30 à 17h00
 
Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
FLANDRE
Kortrijksesteenweg 218 – 9830 Sint-Martens-Latem
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Le mois de novembre est riche en actualités. Alors que les marchés ont globalement salué l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis, les annonces des sociétés Pfizer et BioNTech suivies par celle de Moderna - démontrant des avancées très encourageantes en termes d’efficacité de vaccins contre la Covid-19 - ont également dopé les actifs risqués.

Ces différents événements ont eu un fort impact, entraînant une rotation sectorielle violente au sein de la poche actions. Décryptage.

Les marchés actions en fort rebond

Depuis le début du mois de novembre, on constate un retournement de tendance relativement important sur les marchés actions en termes de performances tant d’un point de vue géographique que sectoriel.

Particulièrement à la peine depuis le début de la pandémie, les secteurs énergétique et financier ont nettement rebondi depuis le début du mois. Les perspectives d’un retour à une vie sociale et économique plus normale au cours des prochains trimestres ont favorisé ces secteurs cycliques lourdement pénalisés ces derniers mois. Ces mouvements sectoriels expliquent par ailleurs le fort rebond des marchés de l’Europe de l’Est, l’Amérique Latine et dans une moindre mesure l’Europe.

A contrario, les secteurs qui ont le plus bénéficié de la crise sanitaire - l’IT, les services de communication (avec notamment Facebook ou encore Google) ou encore le secteur de la consommation discrétionnaire (secteur qui inclut désormais Amazon) - ont assez logiquement moins progressé, impactant notablement la performance globale des principaux indices américains ou asiatiques, marchés très pondérés dans ces secteurs.

Une remontée de la courbe des taux obligataires américains

Sur le plan obligataire, une repentification de la courbe des taux souverains américains a été observée au cours des 3 derniers mois. Sur les échéances allant de 10 à 30 ans, les rendements ont notamment progressé de l’ordre d’une vingtaine de points de base.  Ce mouvement significatif permet au différentiel entre les taux à 10 ans et les taux à 3 mois de retrouver un niveau assez proche de leur moyenne à 5 ans.

L’euro en bonne forme face au dollar

Sur le front des devises, l’année 2020 est favorable à l’euro. L’annonce du plan de relance d’envergure et les prémisses d’une mutualisation de la dette au niveau de la zone européenne ont constitué des éléments favorables pour la devise euro, en particulier par rapport au dollar.

L’or toujours bien orienté

Au niveau des matières premières, l’or est très bien orienté depuis le début de l’année (+25 % en dollar) et profite d’un environnement toujours très favorable, avec notamment des taux réels très déprimés et des politiques monétaires extrêmement expansionnistes au sein des pays développés. 

Le résultat des élections américaines a agité les marchés

La réaction des marchés aux résultats des élections américaines a à nouveau démontré qu’il était totalement vain de tenter d’anticiper -  market timing - les réactions à brèves échéances de ceux-ci. Beaucoup d’analystes tablaient en effet sur le fait que des résultats très serrés à l’élection américaine seraient très néfastes pour les marchés.

L’absence de vague démocrate et les perspectives d’un sénat contrôlé par les républicains éloignent le spectre de mesures radicales, notamment en termes de politique fiscale ou encore de régulation d’acteurs importants de la technologie.

Point moins positif, il est probable que les attentes d’un vaste plan de relance budgétaire soient déçues, les républicains ayant évoqué des montants nettement moins élevés que ceux mentionnés lors de la campagne électorale par les démocrates. En outre, ce nouveau plan de relance prendra probablement davantage de temps à être implémenté et ne pourrait voir le jour qu’en 2021. Or, les revenus des ménages ont été soutenus durant le second trimestre par des transferts massifs des autorités. Ces transferts ont favorisé la reprise de l’activité une fois les mesures de confinement levées. Plusieurs mesures de soutien ont toutefois expiré et, faute de prorogation, la consommation de ménages pourrait en souffrir les prochains mois.

Fort rebond de l’activité durant le troisième trimestre de part et d’autre de l’Atlantique

Au niveau économique, les États-Unis et la zone euro ont enregistré un fort rebond de l’activité au 3ème trimestre. Le niveau de l’activité tant en Europe qu’aux USA reste toutefois toujours bien en deçà de celui atteint fin 2019.

Les perspectives pour les trois derniers mois de l’année sont moroses. En Europe, la richesse nationale devrait se contracter. La recrudescence des infections et les craintes d’asphyxie du secteur hospitalier ont en effet contraint les autorités à restreindre sensiblement la mobilité des citoyens.

Damien Petit
Responsable Private Banking Investments
Abonnez-vous à la newsletter mensuelle
Recevez mensuellement les analyses des marchés financiers et les actualités de la Banque.

Consultez notre dernière newsletter Consultez notre dernière newsletter