En dehors des horaires d'ouverture, si vous êtes ou pensez être victime de phishing ou d'une tentative de phishing (lié à vos cartes ou identité Luxtrust), contactez immédiatement le numéro suivant (+352) 49 10 10

 
Wallonie - Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
FLANDRE
Kortrijksesteenweg 218 – 9830 Sint-Martens-Latem
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

En dehors des horaires d'ouverture, si vous êtes ou pensez être victime de phishing ou d'une tentative de phishing (lié à vos cartes ou identité Luxtrust), contactez immédiatement le numéro suivant (+352) 49 10 10

L'industrie des fonds alternatifs suscite à nouveau l'intérêt en Europe et au Luxembourg. Des signes de reprise voient le jour dans ce secteur alors que la cadence de lancement de fonds ralentissait depuis plusieurs mois. Cette baisse de régime était due à des levées de fonds moins importantes auprès des investisseurs en actifs privés et à un nombre plus limité de nouveaux actifs disponibles à l'investissement. Le département Professional Banking Services de Banque de Luxembourg contribue à la flexibilité et soutien la croissance du secteur.

Découvrez l'interview de nos experts - Vincent Willem, Deputy Head of Professional Banking Services et Nicole Thomé, Senior Business Development Manager - parue dans le Grand Dossier Paperjam consacré au « Private Equity ».

 

Vincent Willem, Co-responsable Professional Banking Services chez Banque de Luxembourg : « Les perturbations économiques et géopolitiques ont freiné la croissance sur le marché des actifs privés. Je suis toutefois convaincu que la hausse de la demande de nouveaux projets ces derniers mois s'inscrit dans une tendance plus globale de regain de confiance envers les investissements alternatifs au Luxembourg, et témoigne plus particulièrement de la confiance inébranlable en nos services. » Les analystes tablent sur une croissance annualisée des actifs alternatifs sous gestion de 4 % à 8 % au niveau mondial au cours des prochaines années.

De nouvelles opportunités

« Bien que les perspectives annoncent de nombreux défis en Europe, la forte croissance des investissements alternatifs, depuis 2017 tout particulièrement, a rendu plus importante encore la contribution du capital privé au développement économique », affirme Nicole Thomé, Senior Business Development Manager au sein de la banque. Les actifs privés, source de diversification, se sont progressivement fait une place à part entière au sein des portefeuilles, ce qui laisse entrevoir une évolution prometteuse selon Banque de Luxembourg, surtout pour certaines classes d’actifs.

« Les analystes du marché de la dette privée observent une accélération significative de la croissance dans ce secteur. Par ailleurs, les actifs sous gestion des fonds d'infrastructure axés sur l'Europe devraient dépasser ceux des fonds privilégiant l'Amérique du Nord, en raison notamment des défis liés à la transition énergétique européenne. La dette qualifiée de « distressed » devrait enregistrer la plus forte progression en raison de la détérioration actuelle de l'économie », ajoute-t-elle. Elle recommande toutefois la prudence vis-à-vis des investissements immobiliers, dans la mesure où les inquiétudes liées aux taux d'intérêt limitent les opportunités.

Une flexibilité accrue

Cette croissance est soutenue par la complexité accrue des stratégies des fonds d'actifs privés, notamment le recours à des structures hybrides. Ces dernières apportent une certaine liquidité au sein des fonds en intégrant une « poche » liquide en complément des actifs privés qui par nature le sont moins. Nicole Thomé : « Nous disposons d'une solide expertise en la matière, grâce à notre équipe intégrée qui maîtrise les deux typologies d'actifs en s'appuyant sur nos outils, systèmes et processus opérationnels dédiés. » Une autre tendance à l'œuvre est la « démocratisation » (ou « retailisation ») du segment des actifs privés, qui deviennent plus accessibles aux particuliers. Vincent Willem : « Nous sommes en train d’analyser cette tendance sous l'angle de la liquidité, de la valorisation et de la formation des investisseurs ».

Un des principaux moteurs de cette évolution pourrait être la refonte du règlement sur les fonds européens d'investissement à long terme (« ELTIF »), qui offre un cadre plus clair aux investisseurs. Si cela représente certes une opportunité d'investissement pour certains clients, M. Willem reste prudent : « Selon nous, il est essentiel que les conseillers en investissement et les particuliers abordent avec précaution ce type d'investissement, traditionnellement réservé aux investisseurs institutionnels ou avertis dont l'horizon d’investissement est plus long ».

Un défi supplémentaire réside dans la volonté de satisfaire la demande du marché concernant les enjeux ESG. Nicole Thomé estime toutefois qu'il s'agit là d'une opportunité pour la banque. « Nous soutenons certains des plus grands fonds impact lancés par des gestionnaires d'actifs européens de renom car nous nous sommes positionnés sur ce thème depuis plusieurs années. Si le travail à fournir est considérable, nous ne cessons d'accroître notre expertise en la matière », déclare-t-elle. La banque a obtenu la certification « B Corp », ce qui témoigne de son engagement à poursuivre sur cette voie.

Un centre financier de pointe

La réputation du Luxembourg en tant qu'acteur stratégique sur la scène des actifs privés n'est plus à faire. Le pays dispose en effet d'une part des actifs mondiaux sous gestion d'environ 17 %. Vincent Willem : « Le Luxembourg cherche sans arrêt à s'améliorer et à offrir aux investisseurs un marché plus attrayant, comme en témoigne la récente réforme de la « toolbox » luxembourgeoise relative aux fonds d’investissement, qui a eu lieu en juillet 2023 ».

Cette initiative a notamment permis de moderniser le fonds d’investissement alternatifs réservé (« RAIF »), largement utilisé par les gérants d'actifs privés internationaux, notamment pour bénéficier d’une constitution de fonds rapide. En outre, grâce à cette modification de la législation, le Luxembourg s'est aligné sur les standards européens et applique désormais la même définition d'un « investisseur averti » en ce qui concerne l'accès aux fonds alternatifs. De nouvelles exonérations de la taxe d’abonnement sont également prévues pour certains véhicules offrant des produits paneuropéens d’épargne-retraite individuelle et des ELTIFs.

Vincent Willem : « Cela illustre et confirme l’attractivité du Luxembourg en tant que pays de domicile pour les fonds, même si les autorités doivent rester vigilantes quant à la charge administrative à laquelle les différents acteurs du marché doivent faire face et qui semble, contrairement à ce qui était le cas par le passé, croître davantage que dans certains pays voisins. »

Un avenir radieux

Dans l'ensemble, la banque est toutefois soutenue par l'industrie bancaire et des fonds telle qu'elle est aujourd'hui au Luxembourg. « Nous sommes idéalement positionnés pour répondre aux tendances de marché. Grâce à nos services Professional Banking, nous disposons de l'expertise nécessaire en matière de banque de conservation et dépositaire, de courtage et d'autres services bancaires à l’intention des fonds, des clients institutionnels et des gestionnaires externes. Nous nous sommes placés en chefs de file en accompagnant les gestionnaires d'actifs dans la création et la mise en œuvre de leurs fonds liquides et alternatifs transfrontaliers depuis que le Luxembourg s'est imposé en tant que pays de domicile de fonds dans les années 1980 », conclut M. Willem.

Nicole Thomé
Senior Business Development Manager
Vincent Willem
Deputy Head of Professional Banking services
Abonnez-vous à la newsletter mensuelle
Recevez mensuellement les analyses des marchés financiers et les actualités de la Banque.

Consultez notre dernière newsletter Consultez notre dernière newsletter