Language And Country

MENU - CONTACT

 
Luxembourg
14, boulevard Royal – L-2449 Luxembourg
 
Lundi au vendredi
8h30 à 17h00
 
Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
FLANDRE
Kortrijksesteenweg 218 – 9830 Sint-Martens-Latem
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

MENU - Mon Compte

Comment intégrons-nous les facteurs ESG dans nos portefeuilles en gestion sous mandat ?

Pour découvrir sur quelle base nous intégrons les facteurs ESG dans nos portefeuilles, veuillez cliquer sur les types de gestion :


1. Gestion sous mandat Multifonds BL

Notre philosophie de gestion repose sur 5 principes :

  1. Une approche de long terme qui vise la préservation et l’appréciation des avoirs dans la durée ;
  2. La stratégie d’investissement est élaborée au Luxembourg par nos propres équipes en toute indépendance ;
  3. Nous prônons une gestion active, qui recherche systématiquement des opportunités attrayantes sur les marchés financiers ;
  4. Nous sélectionnons les entreprises de qualité (sociétés bénéficiant d’un avantage compétitif tangible, offrant une rentabilité et un cashflow excédentaire élevés, …) uniquement ;
  5. Nous prêtons une attention particulière aux niveaux de valorisation

La construction du portefeuille repose sur une allocation stratégique à long terme qui consiste à fixer le cadre des investissements en combinant les principales classes d’actifs, réparties en zones géographiques et secteurs économiques. Le caractère faiblement corrélé de ces classes d’actifs permet de diversifier adéquatement le portefeuille et d’en maîtriser le risque.

La gestion sous mandat Multifonds BL investit dans les fonds gérés par Banque de Luxembourg Investments (BLI).
Ces derniers intègrent une approche fondamentale tant au niveau de la gestion de la poche actions que de la poche obligataire. 

1.1 Sélection des entreprises au sein des fonds actions : 

  • L’approche résolument entrepreneuriale est privilégiée pour identifier les entreprises qui génèrent une rentabilité élevée sur la durée. Cette approche de long terme visant à comprendre les différents aspects d’une entreprise avant d’investir - afin de mesurer l’ensemble des risques qui y sont liés - est très complémentaire d’une approche ESG. En effet, l’approche ESG se concentre sur les aspects Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance d’une entreprise. 
  • L’univers d’investissement regroupe des sociétés qui ont des activités transparentes et un modèle d’entreprise compréhensible. La méthodologie de sélection des actions repose également sur leur valorisation, le prix payé déterminant avant toute autre chose le rendement futur de tout investissement.
  • La politique d’investissement ESG de BLI pour la gestion actions s’appuie sur plusieurs piliers distincts mais interdépendants : 

1.1.1.    Exclusions : 

Conformément aux différentes conventions internationales, toutes les entreprises actives dans la production d’armes controversées, telles que les mines antipersonnel, les armes à sous-munitions, l’uranium appauvri et les munitions au phosphore blanc ainsi que les armes chimiques et biologiques, sont totalement exclues des fonds Banque de Luxembourg Investments (BLI). 

1.1.2.    Analyse des controverses

Les candidats à l’investissement ainsi que les sociétés détenues en portefeuille font l’objet d’un suivi constant afin d’identifier des évènements ESG notables susceptibles d’affecter le modèle économique de l’entreprise, sa réputation et donc potentiellement la thèse d’investissement de BLI. Ce suivi est opéré par un système d’alertes de MSCI ESG Manager1  qui signale toutes les controverses qui concernent les sociétés détenues par BLI. 

Lorsqu’une controverse survient, l’analyse se base dans un premier temps sur les classifications (« flag ») de controverses attribuées par MSCI (verte, jaune, orange et rouge). Ainsi, les sociétés qui font l’objet des controverses les plus sévères, c’est-à-dire classées « rouge », doivent être retirées de l’univers d’investissement de BLI dans les 3 mois suivants leur changement de statut2
Les controverses classées « orange » (controverses sévères) sont analysées de façon approfondie aux moyens de différentes sources d’informations – recherche interne, fournisseurs de recherche externe, médias, informations de la société (rapport RSE, c’est-à-dire Responsabilité Sociétale de l’Entreprise, notamment), etc. 

De plus, un suivi des controverses existantes est réalisé deux fois par an, afin d’inclure dans l’évaluation toute nouvelle information pertinente. 

1.1.3.    Intégration des facteurs ESG

L’analyse fondamentale est une étape importante dans l’identification et la quantification de la solidité de l’avantage compétitif de l’entreprise ainsi que dans l’évaluation de son potentiel à long terme. Cette analyse des fondamentaux de l’entreprise se base sur les niveaux de rentabilité historique, la solidité du bilan, l’allocation du capital ou les décisions antérieures de la direction. De plus, la détermination du potentiel de génération de flux de trésorerie disponibles ainsi que l’analyse approfondie des moteurs de croissance séculaire de la société sont également des étapes importantes du processus d’analyse. 

BLI intègre les risques et opportunités ESG dans son modèle de valorisation : ainsi, pour une entreprise dont le profil ESG est solide, la valeur intrinsèque de l’entreprise sera supérieure, tandis qu’une entreprise en retard sur le plan ESG aura une valeur intrinsèque plus faible. Cette intégration se fait sur la base des notations ESG établies par le fournisseur de données MSCI ESG Research3; (AAA à CCC), la notation A étant considérée comme le point neutre. Les sociétés bénéficiant d’une notation A ne verront donc pas leur modèle de valorisation modifié.  

1.1.4.    Actionnariat actif 

Dans le cadre de sa politique d’investissement ESG et de sa politique de vote, BLI souscrit à la politique de vote durable (« sustainable ») d’Institutional Shareholder Services Inc. (ISS). Cette politique de durabilité vise à soutenir les résolutions d’actionnaires fondées sur des normes qui améliorent la valeur à long terme des actionnaires et des parties prenantes tout en alignant les intérêts de l’entreprise avec ceux de la société dans son ensemble.

BLI est également active via ses efforts d’engagement, cherchant à améliorer la transparence des informations liées aux aspects ESG par les entreprises, à modifier leur comportement afin de les inciter au changement ou d’aligner leurs pratiques aux normes internationales reconnues.

1.2.    Sélection des émetteurs au sein des fonds obligataires : 

  • La gestion de la partie obligataire concentre ses investissements sur des émetteurs de qualité. La constitution du portefeuille repose sur plusieurs critères, notamment :

– L’évaluation du contexte macroéconomique ;
– la qualité des fondamentaux des états (solvabilité) ;
– la sensibilité du portefeuille aux mouvements de taux d’intérêt.
BLI applique deux grandes approches au sein de ses portefeuilles obligataires, soit de façon combinée, soit individuellement, selon les fonds concernés :

  • Optimisation ESG : prise en compte de facteurs ESG et d’éléments extra-financiers dans le processus d’analyse et de sélection des émetteurs individuels. L’objectif est d’obtenir au sein de chaque poche, obligations souveraines et obligations d’entreprises, un score ESG moyen supérieur à celui d’un indice représentatif de cet univers ; 
  • Investissements à impact : investissements réalisés dans l’optique de générer un impact social et/ou environnemental positif en plus du rendement financier. Plusieurs types d’instruments qui présentent des caractéristiques différentes sont disponibles : 

→ Stratégies liquides : obligations vertes principalement ;
→ Stratégies alternatives : microfinance, financement de projets, logement, etc. 

1.2.1.    Sélection des émetteurs souverains : 

  • Sur base de données publiquement disponibles, l’équipe de gestion des fonds obligataires de BLI évalue le profil ESG des différents émetteurs souverains, ce qui lui permet de déterminer un score ESG fondamental sur une échelle de 0 à 10. Ces données publiques émanent d’organismes comme l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’Organisation internationale du Travail, l’Observatoire mondial de la santé, … 
  • Toutefois, ces données peuvent présenter un décalage de deux à dix ans et ne sont pas mises à jour fréquemment. BLI a développé une méthodologie propriétaire pour compenser ce handicap et calculer un score de momentum qui traduit la dynamique ESG dans laquelle s’inscrivent les pays analysés. Cette méthodologie utilise les technologies d’intelligence artificielle et du traitement du langage pour filtrer le flux d’information (actualités, articles, etc…) 
  • Un score pour chacun des facteurs Environnement, Social et Gouvernance est calculé pour chaque pays puis combiné pour obtenir un score ESG de momentum global (-2 à +2). Ce score de momentum vient ajuster le score ESG fondamental, à la baisse ou à la hausse. 
  • L’équipe de gestion obligataire évalue également l’impact des portefeuilles sur les Objectifs de Développement Durables (ODD) de l’ONU. 

1.2.2.    Sélection des émetteurs privés : 

L’analyse ESG des émetteurs privés se fonde sur les scores ESG développés par MSCI, comme sur la partie actions. L’analyse crédit est également particulièrement attentive aux éventuelles controverses importantes (rouge selon la classification MSCI1; ) pouvant affecter les émetteurs analysés ainsi que l’adhésion de l’entreprise aux Principes du Pacte Mondial de l’ONU.
L’analyse crédit confronte la notation sur base des données financières et la notation ESG pour identifier les émetteurs de qualité. A caractéristiques fondamentales et rendement similaires, l’équipe de gestion favorisera l’émetteur dont la notation ESG est supérieure.


1.2.3.    Investissements à impact : 

Au niveau des obligations vertes, la sélection s’attache à exclure les émissions dont le rating est inférieur à BB+ et dont le montant est inférieur à 300 millions de dollar. Ensuite, une analyse fondamentale est réalisée, tant financière que de durabilité. L’objectif est de s’assurer que les émissions ciblent réellement des projets environnementaux et/ou sociaux. 
Pour les investissements en microfinance, BLI se repose sur des conseillers externes spécialisés qui, tout en prenant en compte les principaux critères d’investissement (montant d’émission minimal, notation, type de projet, région, …), proposent des émissions éligibles et assurent un suivi permanent des investissements sélectionnés. 

1.3.     Approche ESG au niveau du portefeuille global : 

Au-delà de l’approche ESG au sein de chaque fonds qui compose le portefeuille géré, une approche quantitative est également utilisée. Nous nous appuyons sur les scores de MSCI ESG Manager (entre 0 et 10). Nous pondérons chacun de ces scores des différents fonds par le poids de ceux-ci dans le portefeuille et obtenons un score global pour le portefeuille. Celui-ci est ensuite converti en notation entre AAA et CCC, selon l’échelle de MSCI ESG Manager 4


Nous avons pour objectif que la notation moyenne du portefeuille soit supérieure ou égale à BBB, confirmant un positionnement ESG supérieur à la moyenne.


2. Gestion sous mandat en fonds socialement responsables

La gestion sous mandat en fonds socialement responsables investit dans des trackers et fonds qui intègrent des stratégies d’investissement ESG. 
Un travail d’analyse qualitative approfondi est réalisé pour évaluer la robustesse du processus de gestion, et en particulier, l’approche ESG. A ce titre, différentes approches peuvent trouver leur place dans le portefeuille : 


-    L’approche Best-in-class qui vise à sélectionner les sociétés ayant les meilleures pratiques environnementales, sociales et de gouvernance dans leur secteur ou industrie ; 
-    L’approche d’intégration ESG qui attache la même importance aux critères financiers qu’extra-financiers ;
-    L’approche thématique qui se focalise sur un objectif précis, comme l’environnement, la gestion de l’eau ou la diversité homme-femme, par exemple ;
-    L’investissement à impact qui a pour but de générer un impact environnemental ou social positif en même temps qu’une performance financière.

L’investissement à impact se distingue par l’intentionnalité et la mesurabilité de l’impact. 

Outre l’analyse qualitative des processus de gestion des fonds, nous tentons de déterminer si la société de gestion en tant que telle adopte elle aussi un comportement durable réfléchi. Pour se faire, notre équipe d’analystes a défini un questionnaire qui lui permet de comprendre dans quelle mesure, la société de gestion analysée a pris la mesure des risques et opportunités liés aux problématiques de durabilité. Ce questionnaire sert de point de référence pour déterminer comment la société de gestion se positionne au niveau de l’investissement durable, quelle est sa philosophie et quelles actions concrètes ont été mises en place. Notre démarche comporte également un volet quantitatif, c’est-à-dire qu’elle s’appuie sur une notation externe des différents véhicules faisant partie de la solution ‘gestion sous mandat en fonds socialement responsables’. Pour ce faire, nous utilisons les scores de MSCI ESG qui évaluent les différents fonds selon leur risque ESG sur une échelle allant de 1 à 10. Dans la mesure où MSCI ESG ne prend pas en compte le caractère vert des obligations, nous donnons un bonus aux fonds qui sont exposés aux obligations vertes. 

En pondérant ces scores par le poids des véhicules dans le portefeuille, nous obtenons un score pour l’ensemble du portefeuille. Ce score est par la suite converti sous forme de notation allant de CCC à AAA, le rating AAA étant le meilleur. Nous avons pour objectif que cette notation moyenne du portefeuille soit supérieure ou égale à A, démontrant le caractère ESG fort du portefeuille. 

 


3.Gestion sous mandat en fonds externes

Pour ce type de gestion, nous nous appuyons sur une notation externe des différents véhicules faisant partie de la solution ‘gestion sous mandat en fonds externes’. Nous utilisons les scores de MSCI ESG5 qui évaluent les différents fonds selon leur risque ESG sur une échelle allant de 1 à 10. 
En pondérant ces scores par le poids des véhicules dans le portefeuille, nous obtenons un score pour l’ensemble du portefeuille. Ce score est par la suite converti sous forme de notation allant de CCC à AAA, le rating AAA étant le meilleur. 

 

Nous avons pour objectif que cette notation moyenne du portefeuille soit supérieure ou égale à BBB, confirmant un positionnement ESG supérieur à la moyenne.


4. Gestion en lignes directes 

La gestion sous mandat en lignes directes repose sur deux principes fondamentaux :

  • La diversification (classes d’actifs, secteurs et zones géographiques) : la construction du portefeuille axée sur la combinaison de classes d’actifs décorrélées, de sorte que le risque total du portefeuille est inférieur à la somme des risques des différents actifs (ou instruments) qui le composent. Il en résulte une minimisation du risque par unité de rendement ou une maximisation du rendement par unité de risque. De plus, l’accent est mis sur le niveau de valorisation relative des différentes classes d’actifs. 
  • La sélection des titres de qualité : 

- L’approche résolument entrepreneuriale est privilégiée pour identifier les entreprises qui génèrent une rentabilité élevée sur la durée. Cette approche de long terme visant à comprendre les différents aspects d’une entreprise avant d’investir - afin de mesurer l’ensemble des risques qui y sont liés - est très complémentaire d’une approche ESG.

- L’univers d’investissement regroupe des sociétés qui ont des activités transparentes et un modèle d’entreprise compréhensible. La méthodologie de sélection des actions repose également sur leur valorisation, le prix payé déterminant avant toute autre chose le rendement futur de tout investissement.

4.1.     Actions

La politique d’investissement ESG pour la poche actions s’appuie sur plusieurs piliers distincts mais interdépendants

4.1.1.    Exclusions : 


Conformément aux différentes conventions internationales, toutes les entreprises actives dans la production d’armes controversées, telles que les mines antipersonnel, les armes à sous-munitions, l’uranium appauvri et les munitions au phosphore blanc ainsi que les armes chimiques et biologiques, sont totalement exclues.

4.1.2.    Intégration des facteurs ESG


L’analyse fondamentale est au cœur de notre gestion et permet l’identification et la quantification de la solidité de l’avantage compétitif de l’entreprise ainsi que l’évaluation de son potentiel de long terme. 

Cette analyse des fondamentaux de l’entreprise se base sur les niveaux de rentabilité historique, la solidité du bilan, l’allocation du capital ou les décisions antérieures de la direction. De plus, la détermination du potentiel de génération de flux de trésorerie disponibles ainsi que l’analyse approfondie des moteurs de croissance séculaire de la société sont également des étapes importantes du processus d’analyse.

En termes de modèle de valorisation, nous utilisons un modèle DDM (Dividend Discount Model) standardisé pour l’ensemble des valeurs de notre univers, régulièrement accompagné de DCF (Discounted Cash Flows) qui nous permettent de déterminer la valeur intrinsèque d’une société. Le calcul de cette valeur intrinsèque fournit un point de référence pour éviter de surpayer une entreprise. Il sert aussi de repère dans la discipline d’achat et de vente. Il s’agit là d’un facteur différentiant de notre approche qui permet de mieux appréhender les risques associés à un investissement. 


Nos modèles intègrent les risques et opportunités ESG (au niveau du taux de discount) : ainsi, pour une entreprise dont le profil ESG est solide, la valeur intrinsèque de l’entreprise sera supérieure, tandis qu’une entreprise en retard sur le plan ESG aura une valeur intrinsèque plus faible. Cette intégration se fait sur la base des notations ESG établies par le fournisseur de données MSCI ESG Research6 (AAA à CCC), la notation A étant considérée comme le point neutre. Les sociétés bénéficiant d’une notation A ne verront donc pas leur modèle de valorisation modifié.  

L’intégration des facteurs ESG dans le processus de valorisation, dans les décisions d’investissement et donc dans l’allocation finale des portefeuilles est en totale adéquation avec cette approche fondamentale de sélection de titres de sociétés de qualité au travers d’une approche entrepreneuriale de long terme. La prise en compte de données extra-financières permet ainsi d’obtenir une image encore plus précise de l’ensemble des risques et opportunités auxquels les candidats à l’investissement sont confrontés et de prendre ainsi des décisions d’investissement plus éclairées.

4.1.3.    Analyse des controverses

D’autre part, nous effectuons un suivi constant des controverses des sociétés détenues en portefeuille. Une controverse ESG peut être définie comme un incident ou une situation existante dans lesquels une entreprise est confrontée à des allégations de comportement négatif à l’égard des diverses parties prenantes (employés, fournisseurs, collectivités, environnement, actionnaires, …).

Ces événements sont susceptibles d’affecter le modèle économique de l’entreprise, sa réputation et donc potentiellement sa thèse d’investissement. Pour identifier ces controverses, nous utilisons la plateforme MSCI ESG Manager, qui fournit des alertes quotidiennes concernant toutes les controverses notables touchant les sociétés détenues en portefeuille. 

Dans l’analyse d’un nouveau candidat à l’investissement, nous prêtons également une attention particulière aux controverses éventuelles touchant la société. L’objectif est d’évaluer la gravité de l’impact négatif de chaque situation. 

4.2.    Obligations

Prise en compte de facteurs ESG et d’éléments extra-financiers dans le processus d’analyse et de sélection des émetteurs individuels.

4.3.    Approche ESG au niveau du portefeuille global

Au-delà de l’approche ESG au sein de chaque instrument qui compose le portefeuille géré, une approche quantitative est également utilisée. Nous nous appuyons sur les scores de MSCI ESG Manager (entre 0 et 10). Nous pondérons chacun de ces scores par le poids de ceux-ci dans le portefeuille et obtenons donc un score global pour le portefeuille. Celui-ci est ensuite converti en notation entre AAA et CCC, selon l’échelle de MSCI ESG Manager. 7

Nous avons pour objectif que la notation moyenne du portefeuille soit supérieure ou égale à BBB, confirmant un positionnement ESG supérieur à la moyenne.


1 Plus d'information sur l'analyse des controverses www.msci.com

2Le gérant concerné a cependant la possibilité de présenter au Comité ISR une requête explicitant les raisons pour lesquelles il estime que la société doit rester éligible. La validation se fait au moyen de vote par majorité simple. Le gérant n’a pas de droit de vote.

3 4 5 6 7 Voir la méthodologie des ratings MSCI ESG www.msci.com


CTA contact Melanie Mortier

Vous souhaitez plus d'information

Melanie Mortier
Senior Portfolio Manager

Homepage - Newsletter avec HR


Abonnez-vous à la newsletter mensuelle
Recevez mensuellement les analyses des marchés financiers et les actualités de la Banque.

Consultez notre dernière newsletter Consultez notre dernière newsletter