Luxembourg
14, boulevard Royal – L-2449 Luxembourg
 
Lundi au vendredi
8h30 à 17h00
 
Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
FLANDRE
Kortrijksesteenweg 218 – 9830 Sint-Martens-Latem
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Qu’il s’agisse d’accompagner la reprise en main de l’entreprise familiale par la génération qui suit, ou de préparer sa cession à un acteur extérieur, la transmission d’entreprise ne s’improvise pas. Celle-ci requiert une bonne communication entre parties prenantes et une préparation minutieuse.

Les entreprises familiales constituent une part importante du tissu économique luxembourgeois. Chaque année, une fraction de ces entreprises est transmise, soit à l’intérieur de la famille, soit à un ou des acteurs externes. Pour l’entrepreneur qui a lancé sa société, ou qui l’a lui-même reprise et/ou développée, le bon déroulement de cette étape s’avère essentiel. Il s’agit en effet de préserver un héritage ou le travail d’une vie. « Bien souvent les patrimoines privé et professionnel sont étroitement liés et la planification de la transmission doit tenir compte de ces deux aspects. Il est donc essentiel de bien la gérer, explique Anne Goedert, Family Practice Advisor au sein de la Banque de Luxembourg. Malheureusement, il arrive régulièrement que l’entrepreneur, trop occupé par son activité, repousse le moment de réfléchir sérieusement à ce sujet. Ce n’est en effet pas toujours facile, puisqu’il s’agit d’évoquer la fin d’une étape majeure de son existence. »

Bien souvent les patrimoines privé et professionnel sont étroitement liés et la planification de la transmission doit tenir compte de ces deux aspects.Anne Goedert, Family Practice Advisor au sein de la Banque de Luxembourg.

Prendre du recul

Pour permettre aux familles de préparer cet événement important comme il se doit, la Banque de Luxembourg a mis en place un accompagnement spécifique. « Notre première volonté est d’impliquer toutes les parties prenantes dans la démarche, non seulement la génération actuellement aux commandes, mais aussi celle qui suit, poursuit Anne Goedert. Notre objectif est de leur faire prendre du recul par rapport au projet de transmission, de permettre à chacun d’exprimer ses envies, attentes et craintes par rapport au projet…et à écouter celles des autres. Celles-ci peuvent en effet être très différentes d’un membre de la famille à un autre. » Sur cette base, les parties prenantes vont être amenées à coconstruire la meilleure solution pour assurer une transmission d’entreprise qui convienne à la fois à la famille et à l’entreprise.

Ce n’est qu’une fois les parties d’accord sur l’option à privilégier que la partie plus technique du travail commence. « Il y a évidemment tout un volet légal, sur lequel nous accompagnons également les entreprises. Nous les aidons dans la rédaction éventuelle d’une charte ou d’un pacte d’actionnaires, d’un acte de donation, d’un testament, etc. , détaille Anne Goedert. Le processus, entre son lancement et sa concrétisation, peut s’étaler sur plusieurs mois, voire années, nous nous adaptons au rythme choisi par la famille. ». Il s’agit d’un accompagnement qui s’inscrit dans une relation de long terme.

Accompagner la nouvelle génération

Parmi les initiatives mises en place par la Banque de Luxembourg pour faciliter les transmissions d’entreprise familiales, il faut également citer les programmes d’accompagnement de la nouvelle génération. Ceux-ci se déclinent en une académie d’été annuelle destinée aux jeunes qui ne travaillent pas encore dans l’entreprise, ainsi que dans des séminaires dédiés aux membres de la nouvelle génération ayant rejoint l’entreprise familiale pour un jour la reprendre. « Les deux programmes se déroulent en dehors du Luxembourg, sur plusieurs jours, et mettent en présence des jeunes qui sont dans la même situation, relève Anne Goedert. C’est un endroit où ils peuvent poser des questions qu’ils n’osent pas toujours aborder au sein de leur famille ou leur cercle d’amis. Rapidement, ils se rendent compte qu’ils ne sont pas les seuls à se poser ces questions. Cela crée des liens durables et les aide à se recentrer sur ce qu’ils veulent vraiment pour leur futur. »

À travers cette offre aux multiples facettes, la Banque de Luxembourg se positionne plus que jamais comme un véritable partenaire des entreprises familiales luxembourgeoises, pour lesquelles la question de la transmission est fondamentale.


Anne GoEdert
Conseillère Family Practice
Abonnez-vous à la newsletter mensuelle
Recevez mensuellement les analyses des marchés financiers et les actualités de la Banque.

Consultez notre dernière newsletter Consultez notre dernière newsletter