Language And Country

MENU - CONTACT

 
Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
FLANDRE
Kortrijksesteenweg 218 – 9830 Sint-Martens-Latem
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

MENU - Mon Compte

Actualités Retour

BlogDetailPortlet

Bien plus qu’une gestion de leurs actifs financiers personnels, la banque privée peut apporter au dirigeant d’entreprise un réel accompagnement à chaque étape de sa vie et de celle de sa société. Dans une interview accordée au magazine économique et financier luxembourgeois Paperjam, Paulo Flora Rei, Conseiller Private Banking et Charles Sunnen, Conseiller Entreprises, reviennent sur l’accompagnement proposé aux chefs d’entreprise par la Banque de Luxembourg.

Parce qu’ils ont des besoins spécifiques, les chefs d’entreprise constituent une clientèle particulière aux yeux d’une banque. D’une part, un dirigeant de société se doit en effet d’être soutenu dans le développement et la gestion de son entreprise. D’autre part, il rencontre, comme tout particulier, des besoins financiers et bancaires privés. « Selon qu’il endosse sa casquette professionnelle ou privée, un entrepreneur peut donc avoir des attentes différentes, et c’est en ce sens qu’il constitue un profil de client singulier pour une banque privée », explique Charles Sunnen, Conseiller Entreprises au sein de la Banque de Luxembourg, banque privée luxembourgeoise active depuis plus de 100 ans.

Bien souvent, le chef d’entreprise est dans l’opérationnel, il s’attache au fonctionnement et à la croissance de son entreprise. Mais parallèlement à ce patrimoine professionnel qu’il cherche à faire grandir, il se construit généralement, au cours de sa vie, un patrimoine à titre personnel. Et c’est là où intervient le banquier privé. Paulo Flora Rei, Conseiller Private Banking 

Trois moments cruciaux

L’accompagnement d’un dirigeant d’entreprise par un banquier privé dépasse bien souvent les aspects purement bancaires ou financiers. En véritable conseiller, le banquier privé sera présent à chaque étape de sa vie. « Le premier moment important concerne la création ou,  la reprise de l’entreprise familiale. À ce moment, le dirigeant rencontre des besoins spécifiques : il doit acquérir des parts de l’entreprise, (parfois à ses frères et sœurs), payer des frais, etc. Du côté privé, c’est aussi le moment où il cherche à devenir propriétaire de son habitation », détaille Paulo Flora Rei. 

Par la suite, la banque soutiendra le dirigeant dans le développement de son entreprise. « Elle aide ainsi les chefs d’entreprise à financer des projets pour leur société, en mettant à leur disposition des solutions de financement ainsi que des garanties bancaires. La banque prend aussi en charge la gestion des opérations journalières de l’entreprise », souligne Charles Sunnen. Mais le banquier privé va encore plus loin, en conseillant l’entrepreneur en matière de placement et de stratégie d’investissement, en s’occupant de la gestion de ses avoirs personnels et de la diversification de son portefeuille, ou encore en cherchant à faire fructifier ses excédents de trésorerie au sein de l’entreprise.


Dernière étape mais qui n’en reste pas moins essentielle : celle au cours de laquelle le chef d’entreprise va sortir de la société, lâcher les rênes et, bien souvent, la léguer à ses propres enfants. Le banquier privé sera alors présent pour l’épauler dans cette démarche qui est loin d’être anodine.

Transmettre, un défi de taille

Ce n’est pas toujours facile pour le dirigeant. Pour celui qui reprend le flambeau non plus. Charles Sunnen, Conseiller Entreprises 

L’un des grands enjeux pour les chefs d’entreprise concerne en effet la transmission de leur patrimoine, tant privé que professionnel, patrimoine qu’ils ont constitué tout au long de leur vie, et parfois depuis plusieurs générations. « À ce moment, chaque partie prenante se pose beaucoup de questions, ce qui peut affecter les relations au sein de la famille. C’est l’un des plus grands défis dans la vie d’un entrepreneur, témoigne Paulo Flora Rei. Il arrive en fin de carrière, il a vu grandir sa société et il doit alors faire confiance à la génération suivante. Il doit aussi retrouver un sens à sa vie qu’il a, bien souvent, consacrée jusqu’alors à son entreprise. Ce n’est pas toujours facile pour le dirigeant. » Pour celui qui reprend le flambeau non plus. « Il doit trouver sa place, développer ses propres compétences, gagner en légitimité auprès des collaborateurs, des actionnaires, souligne Charles Sunnen. C’est pourquoi nous conseillons aussi les futurs et les jeunes dirigeants dans leur intégration au sein de l’entreprise familiale. » 

Un banquier, mais pas seulement

Bien qu’ils soient différents, besoins privés et professionnels de l’entrepreneur, gestion de son patrimoine privé et professionnel, peuvent ainsi s’entremêler. La banque est donc loin de ne faire que du financement ou du placement. Au-delà d’un taux et d’une garantie, elle cherche à trouver les meilleures solutions pour structurer et pérenniser la société du dirigeant, et ce dans l’intérêt de son patrimoine personnel et de celui de son entreprise. 

« Nous avons également un rôle de facilitateur, explique Paulo Flora Rei. Quand nous suivons les entrepreneurs familiaux dans leurs projets, nous portons en effet une attention particulière à l'entreprise, mais également à leur famille, en développant une approche de co-construction avec chaque membre impliqué. » « Nous ne voulons pas nous substituer à d’autres partenaires, tels qu’une fiduciaire, un avocat ou un cabinet de conseil. Ce n’est pas notre rôle ni notre but, poursuit Charles Sunnen. En revanche, il nous semble essentiel de travailler main dans la main avec des experts, tant internes qu’externes, requis pour bien accompagner une entreprise et un dirigeant » 

Quel accompagnement pour quel type d’entrepreneur ? 
L’approche du banquier privé est très personnalisable, chaque chef d’entreprise ayant des besoins distincts, selon l’activité et la taille de sa société, son histoire, ses objectifs, ses valeurs. « Même au sein d’une entreprise familiale, les différents membres – Madame, Monsieur, les enfants, etc. –  peuvent avoir des souhaits qui divergent, indique Paulo Flora Rei. C’est pourquoi le banquier privé s’adapte vraiment au cas par cas. »

Interview réalisée par Jeanne Renauld pour le magazine Paperjam.

Retrouvez le dossier Private Banking du magazine Paperjam paru le 25 mars 2021 


Nous vous proposons un accompagnement personnalisé

 
Paulo Flora Rei
Conseiller Private Banking
 
Charles Sunnen
Conseiller Entreprises

Homepage - Newsletter sans HR

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle
Recevez mensuellement les analyses des marchés financiers et les actualités de la Banque.

Consultez notre dernière newsletter Consultez notre dernière newsletter