Luxembourg
14, boulevard Royal – L-2449 Luxembourg
 
Lundi au vendredi
8h30 à 17h00
 
Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
Gand
Rijvisschestraat 124 – 9052 Gand
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Nous revenons également sur le comportement actuel adopté par de nombreux investisseurs et le mettons en parallèle avec la méthodologie d'investissement adoptée par notre Banque.

Accepter l'inquiétude et y faire face

Sur le plan scientifique, il y a bien des raisons objectives de « s'inquiéter ». Sur base des preuves médicales et des principes mathématiques de base, il semblerait aujourd'hui que la majorité de la population pourrait être exposée au virus au cours des deux prochaines années, et ce même en tenant compte des séries de mesures qui ont été ou vont être prises par les pouvoirs publics des différents pays.

Sur le plan économique, les investisseurs doivent accepter les incertitudes qui pèsent sur l'économie mondiale et y faire face. Si les conséquences du coronavirus se font sentir dans tous les secteurs d'activité, l'ampleur du ralentissement économique qui en découle dépendra en grande partie de la durée du confinement qui est imposée dans les principales économies de la planète. Dans un premier temps, les résultats des entreprises - nécessairement affectés par le choc de la demande et la détérioration de l'environnement macro-économique - conjugués à l'effet boursier de la baisse des capitalisations, conduiront très probablement à une réduction significative des dépenses d'investissement. Toutefois, une fois passé le pic de cette crise sanitaire, elles pourraient dans un second temps, très bien bénéficier d'un report de la demande.

Aussi difficile que la situation actuelle puisse paraître, notre hypothèse de travail en tant qu'investisseur est que la crise devrait à terme se résoudre. Le virus serait ainsi contenu et la situation reviendrait donc à la normale.

Garder son sang-froid et s'en tenir à une méthode

Dans pareille situation, il est important de revenir sur les fondamentaux de notre approche : un processus d'investissement strict qui permet de réduire l'impact des émotions sur les décisions d'investissement. Il s'agit de la seule chose véritablement maîtrisable dans ce contexte de marché particulièrement incertain.

Notre processus d'investissement se fonde sur deux piliers :

  • La qualité des fondamentaux ;
  • La valorisation des entreprises dans lesquelles nous investissons.

La qualité des fondamentaux

Personne n'est en mesure de quantifier et d'estimer l'impact à court terme qu'aura cette pandémie sur l'économie et les marchés boursiers. Cependant, cette crise a clairement le potentiel de peser significativement sur les résultats des entreprises et impacterait donc l'attitude des investisseurs pendant un certain temps. Ce manque de visibilité à court terme n'est pas spécifique à la situation actuelle. Nous sommes convaincus que faire des prévisions à court terme est un exercice vain et que la seule façon d'être gagnant en tant qu'investisseur est de s'inscrire dans une vision à long terme. Nous nous en tenons à notre processus qui nous permet d'identifier des entreprises offrant un potentiel de croissance rentable, pas seulement pour les deux prochaines années mais pour une période plus longue grâce à des avantages compétitifs solides et des tendances d'investissement favorables.

Nous sommes peut-être en train de vivre une situation où la phrase célèbre de Warren Buffet se confirmera : « C'est quand la marée reflue qu'on remarque qui était en train de nager tout nu ». Certaines sociétés pourraient faire faillite ou avoir des difficultés à réinvestir dans de nouvelles opportunités de croissance, suite à une baisse de leurs flux de trésorerie. Les sociétés dans lesquelles nous investissons sont dotées de bilans sains qui devraient leur permettre de résister à une crise. Leurs avantages compétitifs leur permettront de rester rentables et de générer d'importants flux de trésorerie disponibles et devraient donc les aider à sortir plus fortes que la plupart de leurs concurrents de cette crise. Elles sont en mesure de capitaliser sur une marque forte, des clients captifs, d'importants réseaux, des capacités technologiques de pointe et des avantages de coût qui devraient leur permettre de générer des rendements de long terme attractifs pour leurs actionnaires.

La valorisation des entreprises

L'attention que nous portons aux valorisations, nous empêche de surpayer nos investissements et nous permet de saisir les opportunités d'investissement lorsqu'elles émergent, comme lors de corrections de marché similaires à celles que nous connaissons actuellement. La crise actuelle n'impacte finalement pas significativement la valeur intrinsèque des entreprises. Ces valeurs ne sont en effet pas basées sur les résultats d'une ou deux années mais sur les flux de trésorerie que les entreprises devraient être en mesure de générer une fois la pandémie terminée.

Les cours de bourse que nous voyons actuellement passer au rouge ne nous disent pas combien une société vaut, c'est notre modèle de valorisation qui nous guide. Lorsque la peur continue de tirer à la baisse les cours de bourse, notre processus nous permet de nous tenir prêts et de nous discipliner afin de pouvoir acheter les titres lorsqu'ils se négocient avec une décote suffisante par rapport à leur valeur intrinsèque. Cela pourrait sembler une mauvaise décision si le marché continue de baisser mais peu importe tant que notre stratégie d'investissement nous donne raison sur le long terme.

 

Nos analystes vous tiendront régulièrement informé(e) de l'évolution de la situation sanitaire et ses impacts sur l'économie et sur vos placements. Nos conseillers de banque privée se tiennent à votre disposition pour répondre à l’ensemble de vos questions.

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle
Recevez mensuellement les analyses des marchés financiers et les actualités de la Banque.

Consultez notre dernière newsletter Consultez notre dernière newsletter