Luxembourg
14, boulevard Royal – L-2449 Luxembourg
 
Lundi au vendredi
8h30 à 17h00
 
Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
Gand
Rijvisschestraat 124 – 9052 Gand
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Ayant atteint son point bas au cours du mois d’avril, la conjoncture mondiale commence à se redresser timidement suite aux premières mesures de déconfinement. Ainsi, au mois de mai, les indices composites des directeurs d’achat (mesurant le niveau d’activité aussi bien dans les services que dans le secteur manufacturier) se sont améliorés dans toutes les régions, écrivent Guy Wagner, Administrateur-Directeur de BLI - Banque de Luxembourg Investments, et son équipe, dans leur analyse mensuelle, les ‘Highlights’.

L’indice composite est passé à 36,4 aux Etats-Unis, à 30,5 dans la zone euro et à 27,4 au Japon. « Cependant, ces indicateurs demeurent largement inférieurs au seuil des 50 délimitant contraction et expansion de l’activité », dit Guy Wagner, chief investment officer et Administrateur-Directeur de la société de gestion BLI - Banque de Luxembourg Investments.

Les marchés actions poursuivent leur remontée

Les marchés obligataires étaient peu animés au mois de mai. Après la chute historique au premier trimestre et le rebond au mois d’avril, les marchés actions ont poursuivi leur remontée en mai. « Les mesures de soutien énormes des autorités fiscales et monétaires, l’amélioration généralisée de la situation sanitaire et le début du déconfinement ont soutenu les cours boursiers nonobstant les perspectives de la plus forte récession économique depuis la deuxième guerre mondiale. » Malgré le rebond boursier, les divergences sectorielles demeurent importantes. Ainsi, depuis le début d’année, la technologie (au niveau mondial, exprimée en EUR) a progressé de 5,1 % et la santé de 3,4 % tandis que la finance a reculé de 25,9 % et que l’énergie a même perdu 34,3 %.

Un plan de relance historique est prévu dans la zone euro

Dans la zone euro, la Commission européenne a proposé un plan de relance de 750 milliards d’euros qui prévoit pour la première fois de l’histoire européenne « un transfert de fonds du Nord vers le Sud en vue d’aider les pays les plus affectés par la pandémie ». Au Japon, la croissance du PIB au premier trimestre était négative pour la deuxième fois consécutive, synonyme d’une récession avant même la prise en compte du choc économique maximal du mois d’avril. « En Chine, les autorités publiques renoncent à donner un objectif de progression du PIB pour 2020, donnant la priorité à la prudence financière et à la sécurité de l'emploi, au détriment de la croissance économique à tout prix », pense l’économiste luxembourgeois.

Les autorités monétaires européennes vont probablement élargir le programme d’achats d’actifs

La Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne n’ont pas tenu de réunion au mois de mai. Aux Etats-Unis, les autorités monétaires ont continué à augmenter la taille de leur bilan, même si le rythme d’expansion a considérablement ralenti par rapport au mois précédent. En Europe, la Cour constitutionnelle allemande a demandé à la BCE de démontrer de façon substantielle et compréhensible que les objectifs de politique monétaire poursuivis par les programmes d’achats d’actifs ne soient pas disproportionnés par rapport aux effets économiques et budgétaires qui en découlent. En l’absence d’une réponse endéans 3 mois, la Bundesbank ne serait plus autorisée à participer à l’exécution du programme. Guy Wagner : « Malgré ce jugement, une expansion supplémentaire des mesures d’assouplissement monétaire quantitatif des autorités monétaires européennes semble fort probable. »

Guy Wagner
Administrateur-Directeur de BLI - Banque de Luxembourg Investments
Abonnez-vous à la newsletter mensuelle
Recevez mensuellement les analyses des marchés financiers et les actualités de la Banque.

Consultez notre dernière newsletter Consultez notre dernière newsletter