En dehors des horaires d'ouverture, si vous êtes ou pensez être victime de phishing ou d'une tentative de phishing (lié à vos cartes ou identité Luxtrust), contactez immédiatement le numéro suivant (+352) 49 10 10

 
Wallonie - Bruxelles
Chaussée de La Hulpe, 120 – 1000 Bruxelles
FLANDRE
Kortrijksesteenweg 218 – 9830 Sint-Martens-Latem
 
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

En dehors des horaires d'ouverture, si vous êtes ou pensez être victime de phishing ou d'une tentative de phishing (lié à vos cartes ou identité Luxtrust), contactez immédiatement le numéro suivant (+352) 49 10 10

Aux Etats-Unis, la consommation domestique semble s'accélérer au premier trimestre, soutenue par un marché de l’emploi porteur, une croissance robuste des salaires ainsi qu’un excédent d’épargne qui n’est toujours pas épuisé, écrivent Guy Wagner et son équipe dans leur dernier rapport d’analyse sur les marchés financiers, les « Highlights ».

L’augmentation des licenciements dans les secteurs ayant bénéficié de la pandémie, demeure plus que compensée par la création de nouveaux postes dans les activités de services. « En Europe, même le secteur industriel affiche des signes d’amélioration, l’atténuation des prix du pétrole et du gaz permettant aux entreprises de retrouver la maîtrise de leurs coûts de production », dit Guy Wagner, chief investment officer (CIO) de la société de gestion BLI - Banque de Luxembourg Investments. « En Chine, la fin de la politique du zéro-Covid et la réouverture de l’économie engendrent une reprise conjoncturelle qui semble prometteuse, les indices des directeurs d’achat enregistrant un fort rebond. » Au Japon, le PIB du quatrième trimestre 2022 a progressé de 0,2% en glissement trimestriel, grâce à la poursuite de la progression de la consommation domestique et des exportations.

Une nouvelle hausse des taux d'intérêt de la BCE semble quasiment assurée

En raison du caractère résilient de l’activité économique et des récents chiffres nuancés de l’inflation, la Réserve fédérale américaine pourrait être amenée à augmenter le niveau final de la fourchette cible du taux des fonds fédéraux lors de sa prochaine réunion en mars. Le rythme des hausses de taux par tranches de 25 points de base ne paraît toutefois pas remis en question. « En Europe, une nouvelle hausse des taux d'intérêt de 0,5% en mars semble quasiment assurée. »

Les taux d’intérêt à long terme rebondissent

La croissance économique favorable et des statistiques d’inflation plus mitigées ont entraîné un rebond des taux d’intérêt à long terme, ces derniers effaçant leur baisse enregistrée en janvier. Ainsi, le taux de référence à 10 ans a augmenté aux Etats-Unis, en Allemagne, en France, en Italie et en Espagne.

Un atterrissage en douceur plutôt qu’une récession ?

Après leur rebond considérable en janvier, les marchés boursiers ont consolidé leurs gains en février. « La forte résilience affichée par l’économie mondiale supporte les cours des actions, nourrissant les espoirs d’un ralentissement de l’activité se traduisant par un atterrissage en douceur plutôt qu’une récession », pense l’économiste luxembourgeois. « Seules les bourses des pays émergents ont abandonné une grande partie des gains accumulés en janvier lors de la réouverture de l’économie chinoise. » Au niveau sectoriel, les divergences furent plutôt modérées, la technologie, l’industrie et la finance affichant les meilleures performances alors que les services publics, l’immobilier et les matériaux ont enregistré les évolutions les moins favorables sur l’ensemble du mois.

La hausse du dollar s’est répercutée négativement sur les cours des métaux précieux

Après le rebond de l’euro face au dollar depuis septembre 2022, la monnaie européenne s’est dépréciée en février, le taux de change euro dollar passant de 1,09 à 1,06 au cours du mois. Le renforcement du dollar résultait de spéculations portant sur une augmentation éventuelle de la fourchette cible finale du taux des fonds fédéraux aux Etats-Unis. « La hausse du dollar s’est répercutée négativement sur les cours des métaux précieux », conclut Guy Wagner.

Guy Wagner, Chief Investment Officer

Licencié en Sciences Économiques de l'Université Libre de Bruxelles, Guy rejoint la Banque de Luxembourg en 1986, où il fut successivement responsable des départements Analyse Financière et Asset Management. Depuis 2005, il est Chief Investment Officer de BLI - Banque de Luxembourg Investments.

Suivez-moi sur Linkedin

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle
Recevez mensuellement les analyses des marchés financiers et les actualités de la Banque.

Consultez notre dernière newsletter Consultez notre dernière newsletter